Vous êtes ici : Accueil Documentation Environnement Air et Santé Pollution de l'air en milieu urbain
Actions sur le document

Pollution de l'air en milieu urbain

Pollution de l'air en milieu urbain.

jfroche

Information Air et Santé
Page 3 de 5.

Compte tenu de l'accroissement démographique et de l'urbanisation, la pollution de l'air urbain est devenue un problème important. Les principaux polluants atmosphériques en milieu urbain sont les particules en suspension (PM), le dioxyde de soufre (SO2), le monoxyde de carbone (CO), les oxydes d'azote (NOx) et les oxydants photochimiques, notamment l'ozone (O3) au sol ou ozone troposphérique (donc très différent de l'ozone stratosphérique ! ). A cette liste, s'ajoute le CO2 dont les effets sont planétaires ainsi que certains composés émis par le transport routier.

 

La formation d'ozone troposphérique (c'est-à-dire au niveau du sol, à ne pas confondre avec l'ozone stratosphérique dont on vient de parler) et de nombreuses autres espèces moléculaires l'accompagnant, constitue l'un des phénomènes les plus importants et les plus préoccupants. Il s'agit d'un processus photochimique lié au rayonnement ultraviolet (UV) et utilisant certains composés émis par l'activité humaine. Le phénomène est plus ou moins important selon l'ensoleillement et les concentrations respectives en polluants. Cette forme de pollution se manifeste au niveau régional et la concentration maximale d'ozone est souvent détectée à plusieurs dizaines de kilomètres sous le vent des agglomérations émettrices.

 

Au niveau des effets sur la santé, des expositions à court et à long terme ont pu mettre en évidence des effets respiratoires et effets cardio-vasculaire et un nombre croissant de cas d'asthmes et allergies. La synergie d'action entre polluant et allergène (tels que les pollens) a bien été mise en évidence pour le NO2 et l'ozone en particulier. Ainsi, l'aggravation de la pollution à l'ozone et aux oxydes d'azote pourraient bien devenir un fléau chronique, avec des effets redoutables sur les maladies respiratoires. Et si les asthmatiques sont particulièrement sensibles aux pics d'ozone, c'est en réalité l'ensemble de la population urbaine qui risque d'être fragilisée par une telle évolution.

 
Par jfrocheDernière modification 12/07/2018 17:05

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :