Vous êtes ici : Accueil Documentation Environnement Vigilance Réseau de médecins vigies
Actions sur le document

Réseau de médecins vigies

Surveillance sanitaire.

pbiot

Vigilance
Page 3 de 3.

Mis en place depuis des années en Europe et en Amérique du Nord, les réseaux de médecins sentinelles ont pour fonction d'enregistrer des données de morbidité de manière continue et systématique. Ces données de morbidité portent sur des problèmes de santé relevés par des médecins volontaires dans leur patientèle. Actuellement, le réseau des médecins vigies belges comprend environ 180 médecins participants. Seuls ceux qui ont enregistré de manière régulière des données pendant au moins 26 semaines sont considérés comme réellement participants.

Le réseau de médecins vigies belges peut-il assurer une vigilence en santé-environnement ?

Selon Salmi R³, "une vigilance doit intégrer tous les éléments nécessaires à l'interprétation du risque". Cela impliquerait donc :

 

1°) un système de recueil de données sur les "incidents" ou problèmes d' " environnement-santé"

2°) une capacité de rapporter ces" incidents" à un dénominateur qui reflète l'exposition au risque,

3°) une capacité de mener des investigations épidémiologiques,

4°) voire une capacité de donner l'alerte rapidement.

Actuellement, le formulaire d'enregistrement hebdomadaire des médecins vigies reprend 8 thèmes différents. Même s'il est possible d'insérer chaque année de nouveaux thèmes d'enregistrement, il est difficilement envisageable d'y inclure des données relatives au risque environnemental, à moins de cibler fortement le champ d'exploration. Cela impliquerait donc de choisir une pathologie précise  et de limiter la recherche sur quelques risques particuliers, aisément enregistrables par les médecins participants. Dans un tel contexte, on ne peut pas dire que le réseau des médecins vigies soit à même de faire de la vigilance en environnement-santé.

Par ailleurs, concernant la rapidité d'action et de réaction qu'un système de vigilance doit permettre, il faut aussi signaler les limites actuelles du réseau. Bien sûr, l'on peut penser que l'informatisation et la transmission électronique des données pourrait faciliter cette approche. Encore faudrait-il pouvoir analyser immédiatement ces données et les mettre en relation avec des données comparables (soit du réseau à un autre moment, soit d'autres sources de données). Ce qui n'est actuellement pas faisable !!!  (P. Jonckheer, N. Bossuyt et V. Van Casteren "Mécanismes de vigilance : réseau des médecins vigies", conférence "Les boues de dragage... un problème de santé publique" (organisée conjointement par l'IPHB et HECTOR le 14 mai 2004))

 
Par Pierre BiotDernière modification 12/07/2018 17:05
Navigation
Se connecter


Mot de passe oublié ?
Nouvel utilisateur ?
 

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :